Hiatus inverse les rôles et vient à votre rencontre.

Chacun peut témoigner ici de sa façon personnelle d’aborder le vêtement au quotidien. Participer à titre individuel à une vision différente de la mode, c’est montrer qu’il est possible d’exprimer à travers son look, la diversité de caractère, d’inspiration ou d’humeur.

Pour partager votre vision, cliquez-ici

Des Canaries à la Belgique, en Hiatus {Commentaires fermés}

Des Canaries à la Belgique, en Hiatus

canaries« Je suis d’origine belge, âgé de 54 ans, marié et père de deux enfants, citadin et campagnard. J’ai plusieurs activités dans le domaine alimentaire mais disons que la plus représentative est celle de liquoriste. J’aime à m’habiller soit très classe, soit sport. Les deux jupes que je porte sont la Sport et la Sparte. Mon mode culturel est davantage un monde culturel, raffiné et cultivé. J’aime la musique classique comme les chansons de Stromae. Je suis un passionné de la nature et de l‘ile de Lanzarote.

Une anecdote justement, c’était au sommet du volcan du parc national de Timmanfaya, il y avait tellement de vent que ma jupe sportive volait à tout vent, un peu à la façon Marylin Monroe posant sur une bouche d’aération. L’image que j’ai pu donner était inappropriée à la conception que j’ai du port de la jupe : fier et altier, très masculin.

En termes d’idées comme vous le suggériez, que vous dire ? Surtout comment vous le dire ? Disons que j’ai ma conception du port de la jupe.

Fier et altier. Très masculin.

J’aime votre gamme parce qu’ elle est non seulement unique mais se différencie de tout ce que l’on peut trouver sur le web, trop dérivant ( je pense au mini kilt pour homme), sans aucune homophobie puisque que je me qualifie de gay friendly. Ce vers quoi je peux vous guider, c’est la création de jupes qui :

       - Ne dévoilent pas ou ne laisse pas trop deviner la forme du sexe de l’homme : la jupe sportive n’est pas top pour cela, je m’en suis rendu compte par grand vent à Lanzarotte ;-)

       - Puisse s’enfiler en s’enroulant par la taille et non par les jambes ( là vous devriez avoir une demande)

Le vrai kilt écossais répond à ces qualités qui sont pour moi des impératifs comme on peut le voir porté par Liam Neeson dans Rob Roy (Robert Roy MacGregor, ndlr) »

Bien le bonjour de la Belgique, J.D.

J.D. porte une jupe SPORT en vente ici.
A découvrir sur ce lien ici, le kilt au cinéma…
liam neeson en kilt dans rob roy

Un réalisateur en jupe {Commentaires fermés}

Ange Hersant. Un réalisateur bien dans sa jupe 

Douarneniste, Ange Hersant est un fana de musique et de cinéma. Deux passions qu’il maîtrise en clips.

Il y a quelques années, Ange Hersant est venu s’installer à Douarnenez pour suivre l’option cinéma et audiovisuel au lycée Jean-Marie Le Bris. Aujourd’hui, âgé de 22 ans, il tourne des clips. Musicien et fan de métal, Ange Hersant a trouvé, à travers ce support vidéo, le moyen de concilier ses deux passions : musique et cinéma. Mais aussi en étant assistant caméra sur des festivals : les Vieilles Charrues, la Route du Rock, les Transmusicales de Rennes ou encore pour le Hellfest. Si ce jeune Douarneniste avait été remarqué en 2009 en remportant le 2e prix du jury du concours de vidéos « T’as la tchatche ? » avec une pub choc contre le tabac, ce sont ses collaborations avec des groupes qui forgent aujourd’hui sa reconnaissance professionnelle : un 1erclip avec le groupe Cheesus Christ, puis celui réalisé au Ménez Hom pour le groupe Roz’n Knight… qui le sollicite à nouveau en ce moment même pour en réaliser un deuxième (voir encadré). Avec plus d’une corde à son arc, Ange Hersant tourne aussi des courts-métrages de fiction, dont celui inspiré par le groupe de métal Gojira, et des documentaires, comme celui réalisé pour le plaisir avec le groupe DUR en « Terres Inconnues à l’île de Sein ». Cet iconoclaste des styles et des codes sociaux aime mélanger les genres : parmi ses derniers projets, poser, avec la complicité du photographe Yann Cousin, pour la marque Hiatus fabriquant de jupes pour hommes.

Plus d’infos Vidéos : http ://www.youtube. com/user/JoeMikado.
Facebook :
www.facebook.com/ange.hersant
source : Le Télégramme , 26 janvier 2014
Ange porte la jupe pour homme KILT d’Hiatus, retrouvez-là ici

Un migrant dans la ville {Commentaires fermés}

Jean-Guy Béal, Nîmes, France

UN MIGRANT CITADIN

Aujourd’hui, 10 décembre 2013, habillé d’une jupe Kendo d’Hiatus et d’une tunique Retors, le tout sous un manteau long de chez Asos, je marche dans la ville.

Les musulmans s’interrogent : suis-je des leurs?
Il faut dire qu’avec la barbe et les cheveux tondus,
je vois dans leurs yeux comme l’attente d’un signe qui me rallierait à leur foi,
qui ferait de moi leur frère.
Les autres aussi s’interrogent,
avec plus ou moins de dédain, d’indifférence, de curiosité ou d’envie.
Et moi aussi je m’interroge.
Ne peut-on pas donner au vêtement un rôle politiquement et humainement actif ?
Pas uniquement dans le sens d’un symbole de reconnaissance et d’appartenance à une tribu, mais plutôt pour créer grâce au vêtement, de façon volontaire et active, une passerelle entre les cultures.

La première réflexion sur ce rôle que peut prendre le vêtement m’est venue en regardant un reportage sur les exilés tibétains en Inde du nord.
Parmis les exilés, il y avait d’un côté, les moines boudhistes en habits traditionnels et de l’autre les laïques, souvent jeunes et revêtant jeans et casquettes au logo de multinationales.
Les uns prêchant le pacifisme et la sauvegarde de leur culture, les autres prêts, au moins dans les mots, à prendre les armes et envieux des occidentaux.
Les uns pouvant passer pour archaïques, les autres pour immatures.

Ma vision en était là lorsque je me suis dis qu’il manquait quelque chose,
un intermédiaire, un lien, une passerelle, les boudhistes dirait : la voix du milieu.
Il manquait à ces représentations une marche entre deux extrêmes, une marche permettant de vivre, en reconnaissance de là d’où l’on vient et en découverte de là où l’on va.
Une marche permettant d’intégrer la sagesse des anciens et la curiosité du nouveau-né.
Cette démarche, sûrement, était dans l’esprit de quelques uns, mais n’avait pas de représentation, pas d’attribut vestimentaire permettant de la revendiquer, de la fédérer et de l’amplifier par une esthétique enviable.
Laissant ainsi aux extrémismes la place comme seules valeurs exprimables et digne d’intérêt.

Cet état de fait semble récurrent dans toutes les régions de la planète subissant de forts mouvements migratoires et, l’Europe et la France ne sont évidemment par épargnées par ces conséquences.
Pour s’intégrer, le migrant provenant des pays arabes semble devoir revêtir le costume du « colonisateur » armé ou mercantile (costume 3 pièces ou survêtement 3 bandes) et pour conserver son identité historique il n’a que sa tenue traditionnelle ethnique. Revêtir l’une supprime tous les bénéfices de l’autre.
Pour ce migrant et avec lui, ne pourrait-on pas créer et proposer un vêtement de transition un vêtement de liaison entre les cultures ? Un vêtement dans lequel il puisse reconnaître et transmettre la richesse de sa culture d’origine ; et aussi dans lequel il puisse reconnaître la richesse du pays d’accueil et les espoirs qu’il y met.
Le migrant est avant tout à voir comme un témoin porteur d’une culture qui vient d’un lieu où elle est en danger. Il espère léguer cette culture entre nos mains et qu’elle ne soit pas annihilée par la nôtre, mais enrichie de la nôtre.

Habillons nous mutuellement de nos cultures communes !

POUR le kilt au parlement ! {Commentaires fermés}

POUR le kilt au parlement !

Jean-Pierre Bodson, fonctionnaire européen en poste à la Banque européenne d’investissement.
Devant et à l’intérieur du Conseil de l’Europe avec le modèle Kilt d’Hiatus, Bruxelles, le 13 juin 2013, lors du séminaire de présentation de l’outil « Gender Equality Index », proposé par l’EIGE, European Institute for Gender Equality.
En présence de monsieur le président du Conseil, Herman Van Rompuy, de mesdames les ministres Kathleen Lynch, Minister of State for Equality, Ireland, Algimanta Pabedinskiene, Minister of Social Security and Labour, Lithuania et bien d’autres…