Focus

Exclu ! les Hiatus dévoilent les coulisses de la conception des collections.
Un vêtement, un accessoire, ou un shooting photos sont mis en lumière.

De l’idée de départ au produit fini :
- découvrez les arcanes de la conception,
- observez les multiples facettes de la prise de vue in-situ,
- laissez-vous surprendre par les techniques de confection,

… et bien d’autres Zooms en préparation !

Zoom sur la Kendo {Commentaires fermés}

Zoom sur la Kendo

Nous avons dessiné la jupe pour homme KENDO en 2009. Depuis, cette jupe longue est devenue un incontournable.
Revenons sur sa création :
notre idée première était d’adapter les codes ancrés inconsciemment dans les mémoires collectives à propos de la virilité du costume masculin contemporain. Quelles jupes masculines existaient déjà, lesquelles persistaient au travers des âges ?
L’état d’esprit Hiatus n’a pas de frontières géographiques et l’histoire du costume ne devrait d’ailleur pas en avoir non plus. Aussi nous avions pour référence le hakama, une forme de vêtement proche de la jupe encore utilisé aujourd’hui dans la pratique des arts martiaux. Le Kendo utilise le hakama dans sa tenue, et la sonorité, courte et impactante du nom s’est avéré un bon moyen memotechnique.
De plus, le mot kendo signifie en japonais « la voie du sabre » (ken = sabre, do = voie). Le hakama est traditionnellement teinté à l’indigo et possède 7 plis qui symbolisent chacun l’une des 7 vertus du Samouraï.

Toutes ces valeurs se trouvèrent liées lors du shooting-photo NEOHOMME. Pour la petite histoire le thème était qu’ « après l’apocalypse un intello urbain survivant se retrouve sans ressources avec seulement quelques effets personnels. Il se retrouve avec son « sabre de loisir des années 2000 » à devoir chasser seul dans une ville à la merci des éléments. »
Ce qui était pour nous un clin d’oeil à la vogue de la pratique de arts martiaux de loisir qui attire énormément nos contemporains, sans doute car cela reste un univers de repères avec des codes précis, une pratique proche de la spiritualité, et qui semble un des seuls arts pérennes dans nos sociétés contemporaines.

Cependant, le hakama devait fusionner avec le côté pratique d’un pantalon à l’occidentale.
Il était indispensable qu’elle soit facilement enfilable, tout en conservant une grande amplitude de mouvement.
Le pont des pantalons à pont, retravaillé régulièrement sur notre ligne jean-guy & co en tant que basique des basiques, fut la réponse à la fois graphique et pratique pour harmoniser la silhouette de la Kendo.
Cette jupe est devenue un classique par les valeurs qu’elle porte, sa sobriété et sa facilité d’adaptation avec différents hauts.
Trés chic avec une simple chemise blanche, elle peut aussi jouer sur ses racines asiatiques avec des emmanchures kimono ou même s’inspirer du streetwear façon yamakasi avec un tshirt graphique.
Découvrez la Kendo sur notre e-shop ici

Les bâches recyclées {Commentaires fermés}

LES BACHES RECYCLEES

Pour la collection UN-BIN, autrement dit « NON jeté à la poubelle », nous avons choisi de récupérer des matériaux préexistants et de leur offrir une nouvelle jeunesse.
Une fois par an environ, nous faisons le tour des storistes locaux, c’est-à-dire les entreprises qui changent les stores des devantures des magasins, réparrent les voiles des bateaux, changent les toiles des décapotables ou conçoivent vos tonnelles de terrasses.
Il y a de quoi faire dans le Sud !
Désossées, nettoyées, frottées et lavées, ces toiles trés résistantes, principalement en Dralon (acrilyque) retrouvent une nouvelle vie sous forme de pantalons, besaces, vestes…
___C’est plutôt marrant de se dire que l’on porte un tissu sous lequel sont passées des centaines de personnes qui ont achetées leur baguette de pain ou bu leur café-crème.
Dernièrement, nous avons récupéré une bâche verte « Café, Bar, Glacier du Midi », redécoupé en lettres, on a fait des petits sacs à vinyls…chacun est unique..et chaque utilisateur repart avec une petite parcelle de l’ambiance des terrasses en été, du son des cigales et de l’air marin !
___La bâche se travaille un peu différemment du tissu ordinaire. Il faut des aiguilles assez grosses, comme pour le jean et il est
quasi impossible d’épingler les empiècements avant de les confectionner.
On peut couper facilement 2 ou 3 épaisseurs aux ciseaux manuels mais après il vaut mieux passer au ciseau électrique à lame verticale.
C’est super agréable de récupérer toutes ces couleurs : jaune canaris, bordeau lie de vin, bleu vif comme les bleus de travail, on a même eut du rose Barbie, inspirant…ça nous a donné pleins d’idées qu’on ne se permettrait pas d’élaborer si on devait acheter de la matière en grosses quantités comme pour nos lignes conventionnelles.
___Avec toutes ces rayures, j’avais envie de faire une dizaine de trenchs, chacuns dans une rayure différente, et les faire défiler les uns derrière les autres, façon parapluies de Cherbourg ! Jean-Guy s’est même projeté à faire des mouffles énormes roses et jaunes matelasssées avec de la ouatine, mais là, je l’ai stoppé net !

Collection UN-BIN, à découvrir ici dans notre look-book