La maille des héros {Commentaires fermés}

MAILLE A PARTIR AVEC LA MAILLE

Dans la collection Rewind, nous employons du jersey de chanvre + coton biologiques pour concevoir des t-shirts tuniques extra-longs ou encore des encolures twistées qu’on a appelées RETORS.
Le jersey, ce matériaux en tricotage fine jauge, nous permet d’aborder la coupe du vêtement autrement. On se rapproche au plus près du corps, la musculature masculine apparait, le torse devient objet de désir.

On cantonne trop souvent le t-shirt masculin à un espèce de sac informe avec 2 manches rarement bien taillées, alors que les possibilités graphiques sont infinies.
La différence de propositions concernant cette pièce pourtant iconique du vestiaire casual est si immense entre le prêt-à-porter féminin et masculin que toutes les portes s’ouvrent à nous.
Mais comment introduire ne serait-ce qu’une infime variation de la forme du col, pour des hommes invariablement habitués à une encolure ronde à bord-côte?
Comment les amener à s’imaginer porter des cols en V profonds, des encolures bateau, des plissés asymétriques, des cols bénitiers ?
Je prends pour exemple, mon challenge pour la collection Rewind, défi qui a été d’introduire un rappel de l’écharpe keffieh.
Ce foulard à franges d’origine arabe (dont l’étymologie le rapproche de la ville de Koufa près de Bagdad) s’est extrémement bien intégré autours des cous de nombreux étudiants ces dernières années. Le keffieh fait maintenant partie de notre paysage visuel inconscient puisque collectivement vu et approuvé :
pour le débardeur BENITO je l’ai donc structuré en tant qu’empiècement innamovible à la manière d’un col bénitier. Les emmanchures américaines et le léger galbe au côté viennent renforcer la virilité du modèle. Le succès est au rendez-vous pour notre Benito, qui James-Dean’ise un pantalon 5 poches ou remodernise en douceur un sarouel démodé.

Nous affectionnons aussi particulièrement la maille jogging, plus épaisse…pour proposer des jupes pour hommes LOUNGE !
On a pu constaté que la jupe masculine rentre à nouveau progressivement dans les moeurs en étant portée à la maison.
Habituellement utilisés pour des joggings de sport, nous avons sélectionné de beaux jerseys lourds en coton + acrylique qui inscrivent à la fois un rappel sportswear à la jupe, tout en jouant la carte du confort.
J’ai dessiné la jupe pour homme JOGH en m’inspirant de la finition arrondie des côtés des Dolphins-shorts americains repris par Adidas et bien d’autres marques.

« J’avais en tête un homme rentrant du boulot, jetant son attaché-case en bas du porte-manteau et courant dans sa chambre enfiler sa longue jupe longiligne JOGH, comme on rentre avec bonheur dans un sac de couchage (le dos bien calé grâce au matelassage de la ceinture), et qui sauterait sur son sofa pour regarder une série TV décérébrante. » Tout notre défi technique a été de trouver des finitions techniques robustes pour surpiquer la maille et viriliser le modèle, tout en pouvant la commercialiser à un prix abordable, ça nous à donner du fil à retordre !

Nous avons hâte d’ouvrir encore le panel graphique des vêtements masculins grâce à la MAILLE, bientôt des plis, des pinces, des fronces,  oui à la diversité au quotidien ! Djen’

LA MAILLE DES HEROS, le point de vue de Jean-Guy

« ça maille ! » : expression souvent entendue en Suisse au tournant des années 90-2000, comme pour affirmer cette nécessaire continuité à la veille d’un nouveau millénaire.
Pour nous, cela peut représenter aussi bien la puissance d’une moutarde « fine et forte » que le tricot de nos arrières grand-mères avec ses points à l’endroit et ses points à l’envers, ces maillons de la chaîne ou de la toile, ou même ce souhait impérieux du  « il faut que ça maille ! ».
Pour moi, cela représente ces chaînons que nous sommes, chacun de nous, sans lesquels cette toile n’existerait pas.
Chacun de nous à la croisée entre des êtres différents et souvent divergents.
Chacun de nous, seul à pouvoir les réunir.
Chacun de nous, le seul point commun de l’autre.
Tout comme un Héros, tantôt écartelé par les oppositions, tantôt embrassé par les rapprochements.
Tout comme ces super-Héros aux supers pouvoirs, qui ont envahi les écrans, vêtus de leurs combinaisons moulantes : cette maille leurs permettant toutes les accrobaties pour maintenir l’équilibre vers un monde meilleur.
Comme ces héros, par nos efforts et nos lâcher-prise, par nos mains tendues et nos bras ouverts, nous ne valons pas moins.
Mieux que ces héros, nous ne vivons pas une fiction.
Mieux que ces héros, cette maille n’est pas qu’à la surface de nos corps,
Mieux que ces héros, nous sommes cette maille, et chacun de nous, héros, un maillon, chacun de nous, unique, par ses liens qui, sans chacun de nous n’existerait pas.

Tout comme dans bien d’autres domaines, le héros n’est plus celui de millions de personnes, relègant ces personnes au rang de servils espèrants, consommateurs d’idoles. Le héros n’est plus un idéal éloigné autant géographiquement que temporellement. Le héros est ici, maintenant, et chacun de nous est le Héros de ceux qui l’aiment.
A nous de multiplier les héros, pour qu’il ne soit plus l’exception : Aimons !
Jean-Guy

WORK IN PROGRESS avec Lonely Circus {Commentaires fermés}

lonelycircus01Work in progress avec Lonely Circus…

Pour présenter notre collection REWIND dans un contexte symbolique,
nous avons fait appel à Sébastien Le Guen, artiste accompli au sein de la compagnie équilibriste-circassienne Lonely Circus.
Le défi est de taille puisque nous lui avons demandé d’incarner un personnage un peu particulier.

Contexte de création de la collection :
« Après le bug de l’apocalypse avortée de 2012, tant annoncée et finalement en quelque sort déçus qu’il ne soit rien arrivé, nous avions l’impression qu’une boucle avait été fermée.
Une conscience universelle générale émerge petit à petit, plus éco-responsable, plus consciente de nos origines communes, plus proche de la planète et des êtres humains.
La collection Rewind est donc une sorte de condensé d’inspirations sans frontières et multi-culturelles (Rap, HipHop, Street, Hippies, etc) :

une libération des codes, un jeu avec ce qui est convenu ou pas…
des tshirts très longs pour hommes avec des cols façon keffieh, des joggings urbains surpiqués en asymétrie ou encore de nouvelles jupes pour hommes
comme la Juke-Box surlignées de bâches rayées….le tout dans des matériaux qualitatifs. »

Challenge :

Notre idée, sur le thème REWIND serait de donner une impression de marcher à l’envers devant un paysage urbain non typé,
c’est-à-dire un environnement auquel nos clients de toutes origines puissent s’identifier, qu’on ait l’impression d’être dans n’importe quelle ville contemporaine.
J’avais notamment imaginé que le  »personnage » serait en équilibre sur la barrière d’un pont mais en donnant l’illusion qu’il marche en arrière (rewind),
ce qui est plutôt  »galère » à faire en photo.
La notion de liberté, d’investir la ville, à la manière des yamakasis, mais en tant qu’homme ordinaire qui se baladerait dans la rue en s’accordant une forme de libération des convenances comme par exemple marcher en équlibre le long d’un trottoir, remonter une pente à l’envers, s’accrocher à des poteaux…
bref, se sentir libre d’interagir avec un univers de béton qui nous est souvent imposé à notre insu, reconquérir l’espace urbain, comme le font les enfants pas encore formatés.

Le shooting :

une partie des prises de vues s’est d’ores et déjà déroulée à Port Marianne à Montpellier, univers entouré de béton malgré le cours du fleuve à proximité.
« Par moment, j’avais l’impression d’être à Gottham City avec toutes ces tours sans fondement historique. »
La deuxième partie se déroulera à Nîmes…quand le soleil sera de retour…

A découvrir prochainement le look-book et l’interview.