Zob’, l’interview zobifiante {Commentaires fermés}

ZOB, L’INTERVIEW (re)ZOBIFIANTE
Depuis 2011, un Spartacus des temps modernes, vêtu d’une jupe pour homme Sparte participe à l’éveil des consciences de nos concitoyens. Artiste engageant, rempli d’énergie positive, le bien nommé zoB’ enflamme les scènes de France et de Navarre avec des phrases bien tournées bien trouvées, et même des NEOLOGISMES, n’ayons pas peur des mots !


__Salut ! Des phrases bien pensées mais qui semblent spontanées, des mots, des vrais, qui pourraient faire peur à ta génération, ton travail est riche de sens et non dénué d’humour. Comment t’es tu retrouvé embringué dans cette affaire ?

J’ai toujours gribouillé dans des petits cahiers de brouillons et après un long silence de sept ans sans micro j’ai fait sortir les chevaux de l’enclos pour envoyer des coups de sabots. Je travaillais déjà dans le secteur musical mais je commençais à m’ennuyer et à bouillir de l’intérieur, quelques idées excitantes plus tard mon projet était là!

__Lors de tes concerts, on assiste de plus en plus à un spectacle complet. Pas seulement du chant sur mélodie mais des paroles scandées, vivantes, presque des  »sketches » campés par 2 personnages forts en gueule : zob’ et le Docteur Démago. Comment vois-tu ton travail et comment vis-tu son évolution ?

J’ai commencé sur des versions très nues avant de faire évoluer le projet notamment grâce à la collaboration avec M.Gerbeck alias Docteur Démago et son grand orchestre buccal et multi-son. Aujourd’hui nous préparons un second disque et là mauvaise nouvelle on fonce vers un projet beaucoup plus musical. Concernant la scène je viens autant jouer les morceaux que tchatcher entre deux propositions. Chaque concert doit en théorie amener un petit plus par rapport au précédent mais pour ça tout dépend du feeling de l’instant. Et malgré les apparences je ne suis pas un personnage sur scène, ce n’est pas un jeu d’acteur, je suis et nous sommes donc tributaires de l’humeur de l’instant ce qui peut rendre le moment très bon comme très médiocre, c’est le jeu!

__Scène vivante et pleine de surprise, vous faites intervenir des bruitages et même de la pyrotechnie…Est-ce une manière de se démarquer des rappeurs ou slammeurs, parfois lassants pour leur public ?

Un concert, un spectacle ce sont des cycles, dans l’idée c’est un peu comme les montagnes soviétiques, il faut servir la soupe au public et puis la sucrer pour l’amener ailleurs voire le désorienter. Pour ce qui est de notre proposition elle conserve une matière artisanale et la pyrotechnie par exemple c’est celle qu’on peut retrouver sur le gâteau du jeune Brian qui va fêter ses 6 ans avec ses camarades de classes. L’absurde m’intéresse et permet de dédramatiser un moment spectaculaire.

__Depuis un certain temps tu portes une jupe Hiatus sur scène. Au même titre que tes chansons engagées, la liberté vestimentaire t’apporte-t-elle quelquechose de nouveau sur scène ?

L’important c’est l’air qui circule, l’air qui permet la liberté d’improvisation, l’air qui permet d’esquiver la compression et de tout lâcher, les mots, le corps et le reste…c’est pourquoi je pense que le ministère du textile et celui de la culture devrait travailler main dans la jupe pour obliger chaque intervenant spectaculaire à porter une jupe, il y aurait certes uniformité vestimentaire mais c’est le prix à payer pour réussir à aérer le cerveau du client!

__En tant qu’acteurs de la Fashion Sphère nous sommes dans la même problèmatique que toi chanteur, se faire connaitre par tous les moyens ! Nous adorons la chansons KISS, KISS, BISOUS. Devoir faire le buzz c’est consternant, à l’encontre même d’un travail en profondeur…Permets nous d’en citer un extrait :

« C’est important d’être à la croisée, d’être partout,
De recevoir le Bisous Suprême Sésame, reliquat précieux
L’empreinte comme preuve de nous deux
L’adhésion à la secte
Tu le connais, je le connais, je m’en délecte l’ai croisé, lui ai écrit, c’est un ami
Ami : personne sur laquelle pour le commerce on peut compter
Bisous
Fais moi le buzz si tu y penses
Dis lui pour moi ce que tu sais à mon sujet
C’est important que l’info tourne je buzz tu sais

Buzz moi vas y Buzz moi Buzz moi fort, Buzz moi fort, Vas y Buzz moi »

__Des disques, un livre, des ateliers d’écritures, des clips vidéos, ton art est sans limites ! Comment se vendre lorsqu’on n’est pas  »un produit » formaté ?

Et bien déjà, il est important de faire l’effort de ne pas prononcer le mot « se vendre », la langue française possède une richesse gigantesque et je crois qu’il faut puiser là dedans pour tenir un autre discours même si dans le fond la problématique reste la même. Sinon, je considère qu’il y a de la place pour tout le monde, de la daube la plus visqueuse à la proposition la plus extrême et pointue. A chacun de trouver son chemin et d’accepter l’histoire qu’on se construit en fonction de la niche dans laquelle on se trouve. Il n’y a aucune honte par exemple à faire la tournée de tous les tripots de l’hexagone et ainsi rendre vivant son propre art. Il est dangereux d’affirmer qu’un artiste n’est rien sans son public, c’est déjà très épanouissant de créer et de réaliser, on et déjà bien vivant ainsi, se contenter de ce qui vient et de ce qu’on sème permet d’éviter les ulcères. Le plus important est d’amener sa propre identité et même si on n’invente rien de ne pas chuter dans le pompage des idées d’hier ou d’aujourd’hui.

Les formats sont faits pour être dézingués à coup de bonnes idées et si ton projet est vraiment original il y aura de la place pour toi. Après si l’obsession est de toucher à tout prix un large public alors là il faut vite consulter et se demander pourquoi y a t’il chez soi un tel besoin? Pour finir je fais ce projet pour moi avant tout, je ne joue pas pour les gens mais avec les gens.

__Ton actu chaude du moment c’est la lancement du numéro 3 de la revue CRIEZ ! Une revue d’auteurs sur un thème imposé, c’est un peu un Ovni en 2014…Et pourtant à la soirée de lancement on rit, on s’amuse, on se sent pétris des mêmes sentiments que les auteurs. Parles-nous de cette initiative.

Criez! est une revue qui est née et n’existe qu’à l’envie et à la bonne idée qui excite les neurones. La bonne idée c’est le thème de départ que nous allons proposer à des auteurs coup de coeurs, des amis, des paris. Et ensuite nous prions pour que naissent l’équilibre entre les divers styles émanant des textes reçus..

>> Ecoutez des extraits de chansons et de vidéos de zoB’ et surtout redécouvrez la littérature rafraichie ici http://ozob.fr . Soirée de lancement du numéro 3 de la revue CRIEZ! : vendredi 10 janvier 2014 à 18h, chez le disquaire 340ms à Nîmes
>> Zob’ porte une jupe à jambières SPARTE, à retrouver en vente ici

propos recueillis par Djen’
crédit photos : photolive30@gmail.com