Télégramme : quand la jupe change de genre{Commentaires fermés}

QUAND LA JUPE CHANGE DE GENRE : une intro douarneniste à notre futur clip !

ange-hersant-et-yann-cousin-le-clip-hiatus
source :  Le télégramme, 25/04/2014

Promouvoir la jupe masculine en images ? Un vaste chantier auquel s’attaquent aujourd’hui Ange Hersant, vidéaste, et Yann Cousin, photographe. Les deux Douarnenistes ont soumis leur projet, commun avec une marque de prêt-à-porter nîmoise, au site de financement participatif KissKissBankBank.
« Toi, tu es une fille donc tu dois porter ci. Toi, tu es un garçon, donc tu dois porter ça… »
Stop ! Le jeune Douarneniste touche-à-tout, Ange Hersant, le dit clairement : ce discours, il ne veut pas, ou plus, l’entendre. Car oui, dit-il, les hommes ont, tout autant droit que les femmes, de porter des jupes. Et aujourd’hui, il compte bien s’engager clairement dans la promotion de cet accessoire vestimentaire qui, d’après lui, se répand de plus en plus. Cet engagement remonte à quelques mois, lorsqu’Ange découvre une boutique de prêt-à-porter en ligne nîmoise du nom de Hiatus. La société, créée en 2009, propose justement des modèles artisanaux de jupes masculines. Ange tombe sous le charme du vêtement. « J’ai alors décidé de prendre contact avec eux pour leur proposer de tourner un clip promotionnel », poursuit Ange Hersant. Il joint à la société des photos de lui, en jupe donc, prises par le photographe Yann Cousin, en détaillant son projet. « Ça leur a plu. Ils m’ont recontacté il y a deux ou trois mois, puis je suis allé les voir à Nîmes (Gard). Le courant est bien passé, donc on a lancé le projet ».

Un projet de vidéo soumis au financement participatif

Pour mener à bien celui-ci, justement, Ange Hersant, Yann Cousin et Hiatus ont fait appel au site KissKissBankBank. Ce site internet est une plate-forme participative, où chaque internaute peut financer à partir d’un don de 1 € minimum, une initiative qu’il juge séduisante. « Pour notre part, on a estimé à 6.000 € le budget total pour mener à bien la campagne de communication qui comprend donc le tournage d’une vidéo, et un shooting photo », précise le jeune Douarneniste. Les modèles, eux, seront des hommes, bien sûr, à qui il est demandé de venir en jupe et avec un objet. Aujourd’hui, 410 € ont été récoltés, et il reste une quarantaine de jours à Ange, Yann et Hiatus pour récolter la somme en question. « Le clip sera très court, compris entre trente secondes et une minute. Derrière, on cherchera à le diffuser surtout pour les chaînes de télévision régionales, en Bretagne et dans le Gard », prévoit Ange Hersant. L’objectif de la démarche reste le même : montrer aux hommes que l’on peut porter une jupe tout en restant masculin. « C’est une manière, pour nous, de remettre en question les clichés associés au genre. On peut porter une jupe en gardant sa virilité, tout dépend de la façon dont on l’accommode. Dans certaines sociétés anciennes ou contemporaines, son port était tout à fait naturel pour les hommes. Alors pourquoi pas la nôtre ? », argumente Ange Hersant.

Bientôt la création de son propre modèle

D’autant que, selon lui, il existe de réelles différences entre la jupe masculine d’un côté, et féminine de l’autre. « Ce que je recherche, c’est le côté robuste et pratique à la fois. Sur la jupe que je porte aujourd’hui, par exemple, il y a des poches », décrit-il. Son compère Yann Cousin, lui, dit « ne pas se voir en porter pour l’instant. Mais j’ai toujours trouvé les kilts classe, par exemple. En tout cas, je ne vois rien de choquant là-dedans… ». Mais alors, Douarnenez serait-elle une ville appropriée pour lancer définitivement la jupe masculine ? « En tout cas, je vois que ça se développe en regardant autour de moi. L’été dernier, on a pu en voir quelques-unes », sourit Ange. Une bonne raison pour lui de pousser sa démarche encore plus loin : il envisage de créer, avec une copine styliste, son propre modèle.
Dimitri L’hours